Update (06/2015) : Après deux ans de traitement (dont 8 mois avec des vertiges à cause du traitement), un avis médical officiel est tombé : ce petit bâtard de Léon s'est fait la malle et n'as pas pointé le bout de son nez lors de la seconde IRM. Me voilà donc partie pour un test sans traitement pendant 6 mois puis une prise de sang pour voir ou ça en est. Je crois les doigts pour annoncer une autre bonne nouvelle à Noël :)

--

Tout a commencé il y a un an et huit mois environ. Avec tout ce que j'avais pu lire/voir sur les effets de la pilule (contraceptive hein) je décide d'arrêter. Pas spécialement pour avoir des enfants, mais surtout pour savoir un peu ce que ça fait de ne plus sentir son corps contrôlé H24 par des hormones et des cycles artificiels.

En théorie quand on fait ça, le corps met quelques semaines/mois à redémarrer, puis les cycles reviennent tranquillement. En cherchant un peu sur Doctissimo (vive le cancer de la flèche), j'apprends que chez certaines personnes, on peut attendre jusqu'à 6 mois. Alors je patiente. Un mois, deux mois, un test de grossesse négatif, trois mois, six mois, neuf mois... j'oublie un peu ces histoires de cycles. Après tout c'est un peu un chouette cadeau de mère nature, tous ces mois sans règles, sans mal de bide, de dos ou de grosse fatigue.

Une des grosses améliorations que j'ai pu ressentir depuis après l'arrêt de la pilule est qu'en plus d'un an, je ne suis pas tombée malade une seule fois, alors le coup du "la prochaine fois que je vais voir ma toubib je lui en parle", ça n'a pas vraiment marché. Et puis vers début Février, je me suis dit que quand même, ça commence à faire long, alors je suis allée la voir et je lui ai un peu raconté tout ce qui m'arrivait.

Son avis tombe : un adénome hypophysaire. Une petite tumeur bénigne. Quand on entend ces trois mots, on en retient qu'un : tumeur. Dans la tête en plus. Merde, ça craint. (Je sais bien que quand on a eu un cancer ou une tumeur maligne, j'ai l'air d'une chochotte quand je me mets à flipper pour une histoire de tumeur bénigne. Mais bon, c'est pas tout les jours que l'on vous annonce ça.)
Elle me demande de faire une prise de sang. Évidemment, la prise de sang confirme son avis. Ce soir là, je décide que mon adénome s’appellera Léon.

Dans mon malheur, je me rend soudain compte que je ne suis pas seule, et une amie qui a ce truc-là depuis des années et qui le soigne me donnera probablement le seul truc dont j'avais besoin à ce moment là : des paroles sages, gentilles, beaucoup d'espoir et de quoi me rassurer. Merci ma belle. Ça ne m'a pas empêché de flipper et de pleurer le soir-là, mais au moins je n'étais pas seule.

C'est donc parti pour une IRM, histoire de voir la taille de l'adénome : au dessus d'un cm, on opère. En dessous on tente un traitement médicamenteux. Les longues semaines d'attentes avant de passer dans l'IRM ne seront pas des plus joyeuses, comme on peut s'en douter, alors j'ai fait diversion : j'ai fait énoooormément de vélo, j'ai changé de couleur de cheveux, j'ai fait plein de photos, j'ai fait du taï-chi, tout ça pour essayer d'oublier le mot tumeur. Et puis je suis rentrée dans l'IRM, avec une seringue-perfusion dans le bras (qui fait étrangement beaucoup moins mal qu'une prise de sang).

C'est assez bizarre comme expérience. En fait, je ne savais pas vraiment si j'étais claustrophobe ou juste pas trop à l'aise dans les ascenseurs, alors je m'attendais un peu au pire. Ok, ce n'était pas du tout une partie de plaisir, mais je m'attendais à bien pire. Le plus angoissant était encore l'écoute de Chérie FM avec un combo Lara Fabian / Francis Cabrel qui m'a semblé durer deux heures. (Mention spécial à la madame de l'accueil à qui j'avais demandé si je pouvais écouter ma propre musique dans l'appareil et qui m'a répondu "Ha non vous ne pouvez pas, c'est du métal" : elle pensait que je voulais emporter mon iPhone dans la machine, alors que je voulais juste leur prêter un CD ... de musique bien bourrine ! :p )

Puis vient le verdict : Léon fait 5mm. Il est petit, mais pas forcément très bien placé (à coté de la carotide), alors on ne va probablement pas l'opérer. Il faudra consulter un endocrinologue, qui m'apprendra qu'en fait mon corps est en situation de ménopause, qu'à mon âge c'est pas vraiment top et que je risque d'avoir certains organes et les os qui pourraient vieillir prématurément. Accessoirement, à ce moment-là je suis juste incapable d'avoir des enfants. Ne pas vraiment vouloir d'enfant est une chose. Ne pas pouvoir en avoir, c'est TRÈS différent.

Deux RDV médicaux et 2 prises de sang plus tard, je récupère un traitement a priori à vie qui va endormir plus ou moins l'adénome et permettre à mon corps de se remettre "dans le bon sens". Un cachet par semaine, il donne un peu des vertiges, j'ai comme des baisses de tension le lendemain et une grosse fatigue digne d'une bonne soirée alcoolisée la veille alors que j'ai juste fait la marmotte en me couchant à 22h.

Bref, je vous parle de tout ça, parce que depuis hier, après deux mois de traitement, Léon a finalement arrêté de me "bloquer" et mon corps recommence à nouveau à fonctionner normalement. Et ça, c'est une très chouette nouvelle.

Aussi chouette qu'avec tout ce mauvais karma de ces derniers mois, j'avais clairement besoin de changer d'air. Alors un peu au hasard de l'internet mondial, j'avais postulé pour un job il y a quelques mois. Six entretiens, un mois de préavis et un peu de paperasse plus tard, je commençais mon nouveau job la semaine dernière : Visual Designer chez Amazon EU, département Kindle. Et j'adore ce job !

C'est chouette, hein, la vie, les changements, finalement. :)