Deadly BreakfastUseless is more

Catégorie "Général"

Retour sur 1 an de vélotaf

Bon j'annonce tout de suite, le timing n'est pas parfait et ça fait un an et deux semaines que je pédale sur le meilleur des fidèles destroyers : mon vélo. En un an et deux semaines, j'ai passé le cap des 2000 km au compteur, laissez-moi vous raconter mes aventures, mes impressions et aussi vous partager mes conseils si vous voulez vous y mettre un jour ou améliorer vos trajets.

Sur mon vélo lors de mon premier trajet

Le commencement

Tout a commencé en été 2018, quand on attendait tous impatiemment les nouveaux vélos partagés de la ville : remplacer les vieux Vel'OH (les mêmes que les vieux Vélib') par des modèles à assistance électrique, moi qui pédalait beaucoup à Metz mais beaucoup moins à Luxembourg depuis notre déménagement, ça me tentait bien de me dire que je pourrais aller au boulot avec un vélo sans me trimballer de cadenas, avec la possibilité de rentrer en bus si le temps se dégrade. Bref, j'attendais l'arrivée de ces vélos avec impatience, tout comme des milliers d'utilisateurs de ces vélos dans d'autres villes, et comme ces autres villes ont voulu lancer leurs VAE en même temps, on s'est vite retrouvés avec des pénuries de batteries/cartes et autres pièces, ce qui a repoussé le lancement des nouveaux Vel'OH à Luxembourg à environ... Novembre. Autant vous dire que c'est pas forcément la meilleure période pour se lancer le vélotaf mais avec une bonne paire de gants, c'est jouable.

Nous voici donc en décembre 2018, j'ai reçu ma carte d'abonnement pour les Vel'OH et je tente le coup, petit à petit, pour rejoindre ma correspondance de bus, à 650m de là, puis 1,5km, pour une autre correspondance, puis petit à petit, j'ai réussi à rentrer jusqu'à une station proche de chez moi.

La plupart du temps, je prenais le vélo en sortant du boulot, et ce, pour deux bonnes raisons :

  1. Pour m'aérer un peu la tête
  2. Parce que mon boulot est situé en haut d'une petite pente et que franchement c'est plus facile à descendre qu'à monter

Pour les locaux qui ont vécu le lancement de ces nouveaux vélos, vous savez que ça a été un sacré désastre et que beaucoup de problèmes techniques ont rendus l'assistance électrique complètement inefficace. Imaginez, sur un trajet de 6 kilomètres, changer 3 fois de vélo : assistance qui s'arrête après 150 mètres , freins qui ne freinent rien, selle qui descend toute seule : on a vu plus optimal. Surtout que pour changer de vélo, il fallait trouver une station avec des vélos disponibles (et si possible bien notés pour pas devoir en changer plus tard). Rajoutez une belle dose de frustration parce que la connexion de la station foire et que le vélo n'est pas considéré comme rendu avant 5min à une bonne heure. Et tout ça en hiver alors que je me gèle les fesses. Et puis un soir, Biou me dit "ben tu peux t'acheter un VAE si tu veux, ça te motivera et au moins tu n'auras plus de problèmes". Et là, le soir même, coup de foudre instantané sur le site d'Electra, pour un modèle qui allait bientôt sortir.

Je réfléchis un peu, je vérifie les comptes, je finis par passer commande, et un beau jour à la fin de février 2019, je reçois le plus beau, le plus bad-ass et le plus confortable de tous les vélos.

Pourquoi un VAE ?

Je suis pas la dernière pour collectionner les vélos un peu bizzares et même si je n'en avais gardé "que" deux lors de notre déménagement il y a un peu plus de deux ans, je ne les ai jamais vraiment beaucoup sortis, parce que Luxembourg c'est quand même bien plus pentu que Metz et le réseau de bus est aussi bien meilleur, du coup pour les petits trajets, je prenais plutôt le bus ou alors je marchais, mais coté vélo je n'avais pas une super connaissance des pistes cyclables et des petites rues tranquilles. Du coup j'ai un peu délaissé mes vélos chéris et je ne pédalais plus des masses mais ça me manquait terriblement. Si on rajoute le fait qu'au début de mon aventure de vélotaf je n'avais pas de douches sur mon lieu de travail, mon refus de tuer mes collègues avec mon odeur de transpiration et mes tentatives des VAE en partage, prendre un vélo à assistance électrique m'a paru super logique. Je sais bien qu'avec plus d'entrainement et de volonté, j'aurais peut-être pu m'en passer, mais le gain de temps aurait probablement complètement disparu, en même temps que ma motivation les semaines de règles.

J'avais fait une petite révision autour des 1600km et j'avais reçu les statistiques d'utilisation du vélo. Au final j'avais roulé plus de la moitié de la distance totale sans assistance : cela compte les moments en roue libre dans les descentes mais aussi au dessus de 25km/h, quand l'assistance se coupe. J'ai aussi l'impression qu'en ville, dans la circulation, lors d'un démarrage après un feu rouge ou sur la route, le fait d'avancer "vite" et d'arriver rapidement à 25km/h dans une zone 30 par exemple réduit considérablement l'envie de doubler des automobilistes. Si vous avez le choix entre rester derrière un vélo qui roule à 13km/h ou à 26km/h dans une zone 30, la vitesse du vélo fera toute la différence, surtout s'il y a des dos d'âne sur ledit trajet (bon peut-être qu'une fois un automobiliste a quand même essayé de me doubler et a perdu son pare-choc sur le ralentisseur mais on appellera ça le karma).

Bref, démarrer un peu plus vite et garder une vitesse constante me permet de mieux me sentir dans la circulation, c'est peut-être seulement une impression mais j'ai moins peur et du coup je continue à rouler. On verra si dans quelques années je repasse au vélo sans assistance, mais en attendant pour mon cas personnel, ça me va bien.

Peurs sur la route

Une fois le vélo acquis, j'allais devoir me motiver à rouler, pas seulement le soir en rentrant, mais aussi le matin, pour y aller. Le truc qui m'a le plus freiné au début ? La nuit. C'est bête mais je n'avais jamais vraiment roulé la nuit, et en partant le matin vers 7h30, au tout début, il faisait nuit. Le soleil se levait doucement pendant mon trajet mais il fallait bien se lancer. Mon vélo était déjà équipé de lumières mais j'ai quand même acheté un sac à dos équipé d'une bande clignotante verte, ça me rendait un peu plus visible et aussi plus rassurée.

Une fois la peur du noir vaincue et les journées qui s'agrandissement, j'allais devoir vaincre une seconde peur : la peur de me faire percuter par une voiture qui me doublerait de beaucoup trop près. On dit parfois que les peurs ne sont pas complètement fondées mais je vous garantis que celle là, je l'ai vécu de très près plusieurs fois, souvent aux mêmes endroit d'ailleurs. La distance minimum de sécurité au Luxembourg est d'1,50m PARTOUT, pas seulement hors de la ville. Je pense que tout le monde n'a pas eu le mémo, entre les bus, les camionettes, les batardines et autres voitures qui m'ont doublé dangereusement en laissant plutôt 15cm entre mon guidon et leur rétroviseur, j'ai eu mon lot de frayeurs. Je n'ai toujours pas vaincu cette peur mais j'ai changé mon trajet pour éviter les endroits où ça m'arrivait souvent, et pris l'habitude de ne plus me coller complètement à droite dans le caniveau dans les zones où un véhicule ne peut pas me doubler sans laisser au moins 1m, parce qu'au final, s'ils peuvent passer sans laisser de distance entre nous, ils n'hésitent pas à le faire. J'ai aussi remarqué que ce genre de comportement est beaucoup plus fréquent les jours de grosses pluies. Je ne sais pas si les gens sont plus stressés ou font moins attention, mais ce qui me freine le plus de prendre le vélo les jours de pluie, ce n'est pas d'arriver trempée au boulot, c'est vraiment la peur de me faire renverser. Mais comme je vous l'écrit quelques lignes plus haut, identifier les endroits dangereux et trouver un chemin alternatif, même s'il est un peu plus long a été pour moi le moyen le plus efficace de rouler en ayant moins peur. J'ai aussi l'incroyable chance d'avoir un trajet constitué de 70% de pistes cyclables, complètement séparée de la circulation, et sur les 30% qu'il reste, je passe par des petites rues en zone 30.

Il y a aussi une dernière peur : la peur de glisser : celle là, je ne l'avais pas avant ma première glissade, un jour de grosse pluie après des semaines de beau temps. J'ai découvert ce jour là que mon vélo n'a pas d'ABS, que j'ai plus d'équilibre que ce que je pensais et que c'est quand même malin de rouler un peu moins vite quand le sol est mouillé. (incroyable cette découverte, hein? )

Bonheurs sur la route

Maintenant qu'on a parlé des trucs nuls, passons aux trucs chouettes qui me sont arrivés pendant cette année :

  • Je gagne du temps : au lieu de 45min dans des bus avec une à deux correspondances, je mets 20minutes environ pour faire mes 6km du matin, et parfois moins pour les 6km du soir (oui, ça descend). Chaque minute gagnée est directement investie dans des gratouilles de chat, autant dire que ces minutes sont précieuses.
  • Je n'ai pas crevé une seule fois (et sérieux là je touche du bois)
  • C'est un véritable plaisir, cette sensation de se sentir libre, sur son vélo, loin des écrans, dans les parcs, voir des écureuils et laisser la priorité aux canards que je croise parfois dans les parcs.
  • On a fait une équipe avec des copains pour tenter le défi MVOS (= "à vélo au travail" en luxembourgeois) et on a gagné le 2ème prix : un VTT à assistance électrique qui vit ses meilleurs jours avec mon père et qui sort régulièrement dans la boue.
  • Je ne suis quasiment pas tombée malade de l'année, j'ai l'impression de mieux supporter les températures froides (genre une fois je me suis entendue dire "Ho trop cool, il fait 3° ce matin")
  • On a roulé sur une route fermée à la circulation juste le temps d'une journée, juste pour les vélos et c'était génial !
  • je fais parfois un détour pour ajouter 10km au compteur les jours où il fait beau et où j'ai du temps, juste pour le plaisir de rouler (et aussi pour cette belle descente de 3km sans pédaler)
  • Bon ok notre pays n'est pas super grand mais une fois on a passé la frontière belge juste pour aller manger des très bonnes frites.
  • Dernier point : je ne sais pas si c'est si cool que ça, mais je bronze essentiellement du nez et des mains, ce qui ne m'étais jamais arrivé avant.
Photos souvenir de notre trajet avec biou pour aller en Belgique

L'équipement

Hormis le vélo, il faut un minimum d'équipement pour se lancer dans l'aventure :

  • Un bon cadenas (en U tant qu'à faire)
  • Une sonnette bien puissante
  • Un sac à dos confortable (ou des sacoches, on transpire moins avec des sacoches il paraît)
  • Des lumières en plus pour passer en mode sapin de noël en hiver pour rouler la nuit ou en été pour rentrer tard.
  • Un casque (je craque complètement pour les casques de chez Nutcase) même s'il n'est pas obligatoire, je le porte à chaque trajet
  • Des tote bags, toujours au fond du sac au cas ou je passe faire quelques courses.
  • Un déodorant de secours au travail
  • Des chaussures qui ne prennent pas l'eau : ça a l'air évident vu d'ici mais les converses en toile avec des trous sur les cotés c'est pas top en cas de pluie.
  • Une veste de pluie / kway et un pantalon de pluie : au final ça marche souvent comme les parapluie : il ne pleut pas quand vous les avez pris avec vous. Je cherche toujours un pantalon de pluie grande taille pour y rentrer mes fesses : j'ai même tenté un 3XL de chez Vaude, mais je crois qu'à un moment ces sur-pantalons sont juste plus longs, pas plus larges :/

Pour l'été :

  • Lunettes de soleil
  • Crème solaire (si comme moi vous ressemblez à une tomate trop cuite après 15min au soleil)
  • Une gourde avec de l'eau fraîche

Pour l'hiver :

  • Des gants et des sous-gants (les sous-gants, c'est la vie)
  • Des vêtements chauds, mais pas trop chaud non plus : je suis en short/collants 300 jours dans l'année, du coup les collants et sous-pulls heattech de chez Uniqlo m'ont aidé a passer un hiver au chaud)
Les sorties en vélo cet été

Adapter son trajet, au jour le jour

Si vous êtes passés par Luxembourg ces derniers mois, vous êtes au courant qu'une grosse partie du centre (globalement de la gare au centre ville) ressemble à une litière géante à cause des travaux du tram, avec des trous, des graviers, des passerelles, des bosses et des routes barrées tous les 50m. Les trous se creusent et se rebouchent presque tous les jours, parfois une rue devient une impasse du jour au lendemain. À part se tenir au courant des travaux en cours, suivre des déviations et bien observer la route, changer son trajet habituel tous les 2-3 semaines est parfois nécessaire. Je crois que j'ai enfin trouvé le bon trajet qui n'est plus trop impacté par les travaux actuels grâce à GéoVélo. J'admire aussi le travail de la ville de Luxembourg qui a bien amélioré mes trajets en ajoutant des pistes cyclables quartier gare et simplifié la circulation dans ce quartier (pour les bus et les vélos seulement, on va pas se mentir c'est l'enfer pour les voitures maintenant). Il n'y a rien de plus énervant pour moi qu'un changement de plan à la dernière minute, j'ai un peu pris sur moi à ce niveau là cette année, mais maintenant que j'accepte que le trajet prévu puisse changer à tout moment, je roule plus sereinement.

Et parfois aussi je prends le bus

Le velotaf c'est bien, mais quand il pleut a mort, qu'il y a du verglas ou de la neige, qu'il y a des rafales de vent vraiment puissantes (je traverse deux ponts qui ont une belle exposition aux vent): et bien je prends le bus. Le but de tout ça c'est de me faire plaisir, pas de finir a l’hôpital ou de me dégouter du vélo. Et comme chaque trajet prends environ 1000 ans 45min, je finis par avoir très envie de retourner pédaler même s'il pleut juste un peu.

Pour conclure

J'ai eu parfois un peu trop chaud, un peu trop froid au bout des doigts, je me suis pris des averses, de la grêle et des rafales de vent, mais j'ai aussi vu les arbres fleurir de jour en jour, des arc-en-ciel au loin, des écureuils et un renard, croisé d'autres cyclistes qui disent bonjour dans plein de langues différentes, discuté en anglais aux feux rouges et pris beaucoup de plaisir derrière mon guidon. J'espère passer tranquillement la barre des 4000km (ou plus?) d'ici un an et continuer à vous raconter mes bonheurs quotidiens.

L’horoscope du Web 2020

Autoportrait de sorcière avec mes mains levées devant ma boule de cristal. Mes yeux sont tous blancs.

Vous l’attendiez avec impatience, c’est certain, mes prédictions de qualité sont enfin disponibles pour l’année 2020. J’ai bien regardé dans ma boule de cristal et franchement ça a l’air pas mal cette année qui arrive.

UX/UI Designers

La conjonction de Mars rétrograde et de la pleine lune du premier trimestre vous orientera peut-être vers un job de product designer. Au final c’est pas plus mal parce que de toutes manières vous le faites probablement déjà sans le savoir. Utilisez un tri de carte au second semestre pour le retour de l’être aimé ou de l’utilisateur final.

Illustrateurs

Avez vous pensé à passer à procreate? Non parce que franchement c’est pas mal du tout et ça rendra les natifs du 3ème décan beaucoup plus détendus. D’ailleurs, pensez à vous tenir droits, je vous vois, là tous cambrés sur votre écran !

Dev front-end

Attention au retour de la newsletter maudite à intégrer à la dernière minute lors du premier croissant de lune du mois de Mars. Pour fêter le printemps, un malheur n’arrive jamais seul et vous retrouverez des "!important" dans toutes vos css. Utilisez des composants natifs accessibles pour contrer Neptune rétrograde et regardez un peu le Design System ou le guide de style que vous a pondu votre designer préféré, vous verrez il y a plein de trucs bien là dedans.

Chatons

Jupiter vous soutiendra cette année et vous apportera des bonnes croquettes et de l’eau fraîche à foison. La grosse tendance de cette année? LA SIESTE. Cette tendance s’applique aussi aux Devs front-end.

Dev back-end

Si tout se passe comme prévu, tout ira bien pour vous cette année. Mais comme malheureusement rien ne se passe jamais comme prévu, votre année sera une longue suite interminable de Lundis. Natifs du 1er décan, pensez à passer au 4/5ème et choisissez le lundi comme jour de repos du coup. Mais attention, les coiffeurs sont rarement ouverts les lundis.

Experts accessibilité

Un gros challenge arrive cette année, mais grâce à l’influence très régulière de la lune qui vous apportera du soutien et un peu d’éclairage nocturne quand le ciel est dégagé, vous prendrez votre métier à cœur et parviendrez à rendre, un audit à la fois, le monde plus accessible. De juin à août, pensez à mettre de la crème solaire.

Chefs de projets

Saturne et Mars vous préparent une augmentation de réunions les mardis pour une raison encore inexpliquée. Pensez à ramener des croissants ou bretzels à vos équipes de temps en temps et faites des comptes-rendus de vos réunions. 

Recruteurs IT

Étrangement les prédictions de cette année sont toujours très très semblables a celle de l’année 2019. Arrêtez de trouver de nouvelles techniques à la con pour « déstabiliser » vos candidats, soyez juste clairs et honnêtes, on vous juge aussi, vous savez. Lors du passage de Mars rétrograde en Pluton, pensez à désinstaller LinkedIn de votre téléphone personnel. On a pas besoin de voir vos likes de 2h du matin.

Sorcières

Il parait qu’un Coven, c’est minimum 3 sorcières, alors regroupez vous vite avec vos copines sorcières, sur Slack, Twitter ou dans la vraie vie pour lancer vos meilleurs sorts et brûler le patriarcat en dansant à poil ou dans vos meilleurs slips.

Au printemps, pensez à planter quelques graines pour que les petites abeilles aient de quoi butiner.

Sysadmins

Venus vous apportera tout le café ou le thé dont vous aurez besoin pour faire cette grosse migration maudite que personne n’a jamais trop osé faire. Que saturne passe ou non à proximité de la Voie lactée en Mars ne changera rien à votre situation habituelle : FAITES. DES. BACKUPS. Et forcez tous les gens autour de vous à en faire aussi.

Business analysts

En collaboration avec votre UX/UI designer préféré, vous réaliserez vos meilleures analyses de l’année surtout les jeudis. L’influence de Mars ne se fera pas trop ressentir sur vos travaux tant que les utilisateurs seront impliqués dans vos recherches. 

D.A.

Je vois... des raccourcis claviers, des mises à jours Adobe et des outils créatifs, mais aussi... des chemises en flanelle, des casquettes ou des bonnets bien trop grands, et enfin... en novembre, vous arriverez à vous hydrater correctement une ou deux fois et en plus de vos déclarations reloues à faire si vous êtes indépendants, vous serez assis correctement sur votre chaise, une ou deux fois par erreur ou sur un malentendu, mais ne perdez pas espoir, grâce à Saturne qui arrivera dans la constellation des hispters en décembre, vous finirez l’année en beauté.

Pour terminer cet horoscope

J’espère que cette année 2020 vous apportera plein de bonnes choses coté boulot, mais aussi dans la VraieVie(tm), parce que c’est surtout ça qui compte. Prenez soin de vous, partagez vos joies et sachez que vous n’êtes jamais seul (la plupart du temps, mon chat vous juge en vous regardant depuis ma boule de cristal).

Je vous souhaite une merveilleuse année à toutes et à tous! 

Bilan de l’année 2019

1768 km de vélo en 10 mois

Il y a un peu plus d’un an, la ville de Luxembourg lançait de nouveaux vélos partagés à assistance électrique, et on va pas se mentir, il y a eu quelques problème techniques les premiers mois, mais ça m’a permis de tester le chemin pour rentrer en vélo et réaliser qu’avec un peu d’assistance c’était complètement jouable de me lancer dans le #velotaf (si vous n’avez jamais visité Luxembourg, c’est assez vallonné). Après avoir énormément râlé sur ces vélos dont l’assistance se coupait juste au mauvais moment, Biou a fini par me dire « ben tu peux t’en acheter un, juste à toi ». Du coup j’ai commencé à regarder les sites de Moustache bikes et d'autres marques que j’avais en tête, sans avoir de vrai coup de cœur. Et là, Biou me dit « t’as regardé chez Electra ? ».
Vous connaissez probablement l’expression « love at first sight », ben c’est tout pile ce qu’il s’est passé, il était là, au milieu de la page d’accueil, tout neuf, pas encore en vente, le vélo de mes rêves: Ace of Spades Go! 8i, avec un cadre très similaire au Ghostrider que j’avais déjà, des énormes pneus, des freins à disques, ma selle préférée et une assistance électrique. Je l’ai commandé en février, reçu début mars, et depuis, je l’aime toujours autant d’amour, je m’en lasse pas une seconde. J’ai eu quelques frayeurs (merci les gens qui me doublent en laissant 15cm de distance), des moments de bonheur (merci les belles balades en été, on a même passé la frontière belge), et au final, j’ai parcouru 1768km avec mon fidèle destrier, par tous les temps ou presque. J’espère vraiment passer les 2000km pour son 1er anniversaire, je vous tiendrais au courant.

Sur mon vélo, lors de mes premiers kilomètres sur une route

Des kilos de céramique

J’ai commencé les cours en septembre 2018 et je pense que j’ai fini par trouver ma technique et mon style en 2019. J’ai cassé plein de trucs, créé plein d’autres trucs, expérimenté souvent, et au final j’ai eu une grande satisfaction de pouvoir faire des cadeaux de noel faits-main pour mes proches, un peu de vaisselle, faite avec amour, émail et argile. J’ai vraiment envie de continuer cette année, vous avez pas fini d’en entendre parler.

Mes « trucs créatifs du mois »

J’ai un peu l’impression d’avoir réveillé mon blog cette année, et même si c’était parfois juste un article par mois, je trouve ça chouette d’avoir listé et archivé tous (ou presque) les trucs que je fais avec mes petites mains. Je me rend compte que j'arrive a mener à bien plusieurs projets en parallèle sur le même mois et je vois un peu mes pratiques évoluer (surtout en tricot et céramique).

Des dinos !

La liste d’inktober de cette année me motivait pas des masses, mais quand Marie m’a envoyé la liste de dinoctober, ça a fait TILT. Un dino par jour, avec des gros yeux globuleux et une tête sympa, ça, ça me semblait vachement plus jouable. Et du coup je me suis lancé là-dedans. J’en ai fait une image finale ou je les ai rangés par couleur, et ça a terminé dans une boutique pour faire plein de goodies. Je vous cache pas que j’en ai mis à peu près partout autour de moi, mais que je me lasserais pas trop vite de mon rideau de douche.

UX in LUX

On a continué nos ateliers avec Stéphanie sur Luxembourg et on en a même fait un sur les biais cognitifs (avec un jeu de cartes) lors de la dernière édition de Paris Web. Même avec 70 personnes alors qu’on en attendait une quarantaine, tout s’est bien passé et les participants avaient l’air plutôt heureux à la fin et nous on vendu de chouettes licornes!
Je crois que le format « atelier » me plait particulièrement, j’apprécie vraiment l’interaction, le fait que les gens découvrent, testent, s’amusent et repartent avec un nouveau savoir, mis en pratique rapidement et des idées plein la tête.
On espère continuer nos ateliers cette année et partager encore plein de trucs !

Un nouveau tatouage

J’ai vu à nouveau Daniel the gardener pour recouvrir un peu plus mon bras avec des fleurs. On s’est un peu laissés emporter et ce qui devait au départ recouvrir une partie de mon avant bras s’est étalé sur l’intérieur du reste du bras et on va pas se mentir, l’intérieur du bras c’est vraiment pas une partie de plaisir à tatouer. En 7h il a réussi a tracer toutes les lignes et faire 25% des ombres, il reste donc encore quelques ombres à faire pour terminer ce petit chef d’œuvre et en chier une dernière fois.

Vacances

Un passage en Bretagne pour voir les copains, une semaine de canicule dans les Vosges avec piscine, visiter Berlin pour la toute première fois et faire les touristes dans son pays, les vacances de cette année étaient bien bien chouettes.

Je flotte sur une bouée licorne dans une piscine

Publication

J'ai eu l'honneur et la chance de faire deux cartes dans le tome 3 des cartes de désavœux de Garage Deloffre. J'adore ce que fait Sandrine depuis des années et j'ai eu l'occasion de la rencontrer lors d'une de ses dédicaces. Croyez en vos rêves et regardez où ça nous mène, je vais pouvoir être désagréable avec plein de gens, sans même le vouloir ni le savoir. C'est parfait !

Cartes avec une belle écriture entourée de fleurs à l'aquarelle: Tu finiras au compost / J'en ai déjà marre

Jardinage

On s’est enfin occupés de notre mini jardin, on a retourné quelques mètres carrés de terre avec une bêche pour y planter des tomates, des haricots, des fleurs, des courgettes qui n’ont pas survécu et aussi des plantes aromatiques. Même si on est encore loin de pouvoir se nourrir que de ça, on était super heureux de déguster nos petites récoltes.

Les haricots du jardin : zébrés roses, violets ou verts, avec leurs fêves un peu colorées elles aussi

Projets pour 2020

Alors là je me projette un peu mais si j’arrive à faire tout ça cette année, on peut dire que ça serait chouette

  • tricoter un pull, un gilet ou des chaussettes
  • faire de la broderie
  • continuer les ateliers UX in LUX avec Stéphanie et en faire lors d’autres conférences
  • refaire un défi de dessin en octobre
  • passer les 2000km de vélo début Mars
  • continuer la céramique et faire des trucs chouettes
  • maintenir et faire évoluer notre touptijardin
  • terminer les ombres de mon dernier tatouage et peut être en faire un autre ?

- page 1 de 300